La station-service

Il y a dix ans de cela,
Je me suis arrêtée dans une station-service
La nuit me comprimait la poitrine
Les étoiles se réverbéraient dans les flaques de gazole,
Les pins fouettaient le ciel de leurs branche touffues
Je suis restée la pompe à essence dans la main
Jusqu’à ce que le matin me surprenne à espérer
J’avais un billet de 10 en poche, une carte de crédit usée
Et des souvenirs par millions.
Je me suis acheté un paquet de cartes,
Quelques chewing-gums et un disque de toi
Et je suis restée dans ma voiture
A écouter ta voix
Les cartes, je les ai jetées dans le vent
Il me les a rapportées.
J’ai roulé le long du chemin de la corniche,
Un As plaqué contre ma roue gauche,
Les sillons de la route s’effaçaient
Au fur et à mesure que la lumière
Mettait un point d’honneur à ressusciter
J’ai voyagé dans toute la région
En écoutant chanter celui
Qui jadis joua une partie avec moi
Nous étions d’habiles joueurs alors et nous n’avions pas besoin
De parcourir des kilomètres
A la recherche de notre destin.
Mais ce matin me gifle
Comme un ennemi un peu sincère,
Et donne des ailes à ma Clio
Je me suis arrêtée devant la plage
Les vitres de l’auto étaient embuées
Je les ai essuyées de mes mains froides
Dans le ciel, des rayons rougeoyants
Me promettent des lendemains de fête
J’ai bu un peu d’eau, j’ai fermé les yeux
L’océan me parlait de toi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s