Nuit de la foi

Nuit,
Nuit dans laquelle se tissent
Les fils des pensées qui me rongent
La lumière du jour décline,
Mon visage se transforme
Meurtri par les lueurs noires qu’il perçoit
Mes dents déchiquètent la chair de la foi,
L’anneau a mon doigt se resserre, me fait mal,
Et la lumière du matin m’éblouit, et je râle,
J’emprunte des chemins illuminés,
Guidé par la main d’un ange,
Mes pensées s’obscurcissent,
Le noir total…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s