J’ai fait un garrot à la nuit

J’ai fait un garrot à la nuit
Avec le coton des nuages
J’étais à genoux, ébloui
Le soleil m’a craché au visage

Le paysage tombe en poussière,
Le train file dans la campagne,
Je me suis blessé avec la lumière
Je crois bien que l’obscurité saigne

J’ai tenu la main de la nuit
Pendant qu’elle se vidait de son feu
Le vent me faisait un pont j’ai souri
Il n’y avait plus en vie que nous deux

Les étoiles se décomposent
En un milliers d’éclats de verre
Le sol en est jonché, l’apothéose
Aura lieu un jour de prière

Le testament de la nuit en main,
Je marche dans Paris éclairée et blême
L’obscurité est mon destin
Et le ciel pleure des chrysanthèmes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s