Villes au désespoir

La nuit saigne.,
Et les champs de violettes blanchissent dans la campagne

La lune crache du sang,
Et les étoiles plongent le ciel dans un clair-obscur envoûtant,

La nuit étouffe la cité
Et le vent ramène dans sa main froide des herbes argentées.

Cigarettes. Incendies.
Et ce crépuscule fantomatique qui fait vibrer la nuit.

Le train. Un éclair dans le soir.
Et notre âme qui s’échappe des villes au désespoir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s