Eid-Ul Fitar (Bengali + Français)

কাপড়ের স্তূপের আড়ালে চাঁদ দেখা গেল
(La lune est apparue derrière un tas de vêtements)
J’ai marché les mains dans le dos, mon arme de service
Me ployait en avant comme un vieillard ; j’ai piétiné la traine de mariage de la lune
Elle qui me dévisageait comme une vieille connaissance

গ্যাব্রিয়েল দেবদূত আমাকে লাল রাতে ইশারা করলেন
(L’archange Gabriel me fait un signe dans la nuit rouge)
J’ai tiré sur ses ailes incandescentes, la nuit s’est engouffrée en moi
Je suis le policier le plus coupable du Bangladesh
Et cette lune de Ramadan me rappelle mon offense

তিনি যুবক ছিলেন, তিনি সুন্দরী ছিলেন, বাতাসে নাচছিলেন
(Elle était jeune, elle était belle, elle dansait dans le vent)
Je lui ai lâché la main un jour qu’elle se promenait le long de la Buriganga
Sept ans plus tard son fantôme est venu me demander des comptes au poste de police
Je ne retrouverai jamais les fleurs coupées de ma conscience

উহু ! আপনি যাকে আমি Eidদুল ফিতরের দিন ত্যাগ করেছি
(Oh ! Toi que j’ai abandonnée le jour de l’Eid Ul Fitar)
Promets-moi de me hanter, promets-moi de revenir me voir
Je ne cherche le répit que dans la noirceur du vent
La lune est mon amie, elle qui connait mes tourments

এবং আমার জীবনের দাম আমার বন্দুকের ওজন
(Et le prix de ma vie est le poids de mon arme)
Mon revolver dans le dos, je marche comme un vieillard
La silhouette d’un homme me bouscule, ou était-ce le vent ?
Une vache a beuglé, un chien a détalé

প্লেটগুলি সোনার সাথে আবৃত, আমার শাশুড়ি ঘামছেন
(Les assiettes sont recouvertes d’or, ma belle-mère est en nage)
Je mange lentement, la fenêtre ouverte sur le mois de Ramadan
Me rappelle qu’hier je t’aimais secrètement
J’ai croqué une date, j’ai serré des poignées de main

চাঁদ আমার উপর এক ঝরনা ঝরনা বৃষ্টি হচ্ছিল
(La lune faisait pleuvoir sur moi une averse de lumière)
J’ai récité une takbeer (prière) j’ai donné ma montre à un pauvre hère
Allah peut-il m’aider à alléger le poids de mon repentir ?
Je suis le policier le plus amer de la ville


উহু ! আপনি যাকে আমি Eidদুল ফিতরের দিন ত্যাগ করেছি
(Oh ! Toi que j’ai abandonnée le jour de l’Eid Ul Fitar)
Promets-moi de me hanter, promets-moi de revenir me voir
Mon revolver se fait lourd, je m’agenouille dans une flaque
Il pleut sur mes tempes, ou est-ce mes larmes qui se déversent

আমার শরীর রঙিন পার্টির আকাশে বিলীন হয়ে গেল
(Mon corps s’est dissout dans le ciel coloré de la fête)
Des cris d’enfants, des hurlements de joie dans la nuit
Des banderoles sous le vent, un politicien qui chante
Et sur le toit de ta maison, ton fantôme qui s'endort

রাস্তাটি মানুষের শূন্য, সকাল আবার দেখা দেয়
(La rue se vide de monde, le matin ressurgit)
Comme un vieil ami, comme un oiseau de passage
Les vaches ont été emmenées dans la cour
Et mon revolver, je l’ai jeté dans la rivière

আমি একজন ভূতপ্রাণীর শিকার পুলিশ সদস্য
(Je suis le policier le plus hanté de Dhaka)
J’ai froid je tremble, le vent emporte mes sanglots
Quelqu’un m’a touché ma joue, une robe de femme m’a traversé
Une voiture a roulé sur mon corps éploré

গর্জনকারী ট্রেনটি ইতিমধ্যে গতকালের আনন্দ নিয়ে চলেছে
(Le train rugissant déjà repart avec les joies d’hier)
La nuit se fait plus lointaine, les étoiles se dissolvent
Le ciel est un bain d’alcool, les pétales des roses jonchent le sol
Et les fantômes d’hier empoignent nos corps inertes

আমার বন্দুক মেহেদী একটি কাদায় পড়েছে
(Mon revolver git dans une flaque de henné)
Je suis le fantôme du policier qui t’as aimé
Les voitures traversent mes larmes translucides
Le soleil se lève sur Dhaka, la fête agonise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s