Sensation (Rimbaud tribute)

Par les matins pourpres d’hiver, à pieds dans la campagne,
Harcelé par le givre, mes bottes sur la neige écrasée :
Glacé, je sentirai le froid mordre ma peau qui saigne
Et je laisserai la tempête baigner mon corps lassé

Je ne m’arrêterai pas même pour caresser une chienne :
Et la nuit lumineuse gonflera mon coeur lourd
Mes pas me porteront où que l’hiver se tienne
Sous le torrent de givre, grisé comme par amour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s