L’hôtel Lutetia

Viens, je t’emmène à l’hôtel Lutetia
L’un des premiers bars du style Art déco
Une fresque champêtre illumine le hall
Hôtel au nom dérivé de Lutèce,

Fluctuat nec mergitur
Ta devise s’étale en lettres de feu
Au-dessus du bar étincelant
Et Saint-Germain-des-Prés baille au soleil

James Joyce y joua du piano le soir
Saint-Exupéry dormit sept nuit
Dans les draps de lin de l’hôtel
Albert Cohen y dicta Belle du Seigneur

Mai-juin 1940 Charles-de-Gaulle y séjourne
Les bombardements frappent Londres
L’hôtesse de l’hôtel Lutetia a de beaux cils
Mais l’armée allemande occupe Paris

L’hôtel est occupé par l’Abwehr (le service de renseignement et de contre-espionnage de l’état-major allemand)
Il devient le quartier général du crime
Et l’hôtesse est remplacée
Par une rousse à la voix grave

Deux employés de l’hôtel
Dissimulent les grands crus dans une cache
Le temps glisse sur le Lutetia
Comme une patineuse pressée

A la Libération l’hôtel doit prouver son mérite
Et mettre à la disposition de la France ses chambres
De retour des camps de concentration nazis,
Les déportés errent entre ses murs

L’Histoire gicle sur les murs en marbre du Lutetia
Dans le sourire froid, les dents serrées de cet homme amaigri
Et l’hôtesse du bar danse entre ses clients
En attendant le XXIe siècle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s