Le festival de Cannes


Une vieille femme a jeté ses lunettes de soleil dans l’océan
Mon spectre les lui a rapportés. J’ai éclaté d’un rire mauvais
Mes dents saignaient. La mer clignote sous les stroboscopes.
Un mendiant m’a dévisagé. Il a foulé le tapis rouge.

La Côte d’Azur sous un déluge de paillettes noires
Une actrice a donné un billet de cinq au mendiant
Il l’a remerciée en se changeant en portique
Et l’actrice est entrée en frémissant dans le palais des festival

Une main sur son sac Vuitton rouge, l’autre sur ses lèvres glossy
Elle n’en croyais pas ses yeux, je l’ai saluée d’une courbette
Mon Père pardonnez-moi je vais mettre le feu
Au festival de Cannes, j’ai de la dynamite dans ma sacoche

J’ai couru le long de l’océan, il pleuvait des braises éparses
Le mendiant a éclaté d’un rire sinistre, il m’a caressé la joue
Comme si j’étais son fils, comme si j’étais un ministre
Moi qui ne suis qu’un reflet de l’océan, le spectre des néons

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s