L’allumage


La nuit se boit comme un verre de champagne
Et les collines nous dévisagent
La fumée de l’usine monte jusqu’au ciel
Les nuages sont nos couronnes, nos lauriers
Et l’amour notre seule gloire en ce monde ;
Viens,
Allons recueillir un peu de la liqueur de nuit
Les nuages moussent à notre conscience
Descendons l’escalier de l’âme
Allons rallumer la nuit noire
Nos doigts sont prolongés par des flammes
Allons rallumer la pénombre
La chaleur de nos corps étourdis
Est attisée par l’obscurité sans visage ;
Viens,
La nuit se boit comme de l’eau fraiche
Son lourd manteau se liquéfie
Devant nos yeux éberlués
La nuit se donne à ceux qui ont soif
Mets tes mains en coupe
Rejoins-moi dans cette réalité inversée
Descendons l’escalier de l’âme
Allons allumer la pénombre
Allons rallumer la nuit noire
La fumée de l’usine monte jusqu’au ciel
Et les nuages se dispersent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s