Villes sans couleurs

J’ai couru dans Paris, les couleurs se mélangeaient
Le soleil est un trapéziste, il court dans le ciel ivre
Mon cœur est un oiseau, et sa cage ton regard
Prends ma main sous la pluie, l’averse dilue les couleurs

Ma ville est gris-bleu et le ciel se teinte d’orange
Allonge-toi avec moi sur ce parterre de fleurs
Agenouille toi devant moi, prions le Dieu des capitales
De nous rendre les couleurs qui manquent aux boulevard

Mon amour mes yeux sont blanc et ma ville déteint
Comme un t-shirt usé sur une corde à linge
Les gouttes de couleur aspergent mon cœur rebelle
Mon amour prends ma main allons prier le ciel
De rendre aux fleurs leur éclat chantant

D’unir nos âmes enfin dans une éclaboussure d’argent
Mais ma ville est damné par un ciel infernal
Les musiciens ont chanté toute la nuit
Les couleurs disparues, il ne restait qu’un ciel blanc ;

Des notes écarlates et nos deux corps enlacés
Mon amour le soleil est un ange, il danse devant mes yeux
Prends ma main sous la pluie ton rire colore mon cœur
Pose ma main sur ton coeur, l’averse dilue les couleurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s