The hour’s sofware

If I had a private jet,
I could override
The software of the hours,
That turns accusing.

If I had a military plane,
A Rafale on my shoulder,
I would make you wait for me
Anywhere in the world.

If I were at the controls
Of a Golfstream in ballad,
I would dive bloodless
In the middle of the waves,

Where doubts linger;
Its hull like a dagger,
Between the hollowed out loins
Of the ruined sea.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s