OPIUM

Opium, peur clinique, vent blanchi à la chaux,
Evangiles broyés, la nuit flamboie de pureté,
Shanghaï ouvre sa chrysalide dorée, les passants —
Sont des étoiles scintillantes, effrayés par les néons pourpres

Le monde affleure à ma conscience détruite,
La vie est un poème, l’amour en moins,
L’amour — son coeur bat, cristallin
A l’ouest de la guerre de nos regards

Télescopage des désirs,
Lasers en harpes inaccessibles,
Puissance d’envoûtement du verbe,
Au coeur des cités interdites

Les fils de mon histoire sont prisonniers du Temps
Un hors la loi m’escorte en secret
Je vibre au son de l’eau limpide
Le regard de l’homme que j’aime est une rivière qui se cabre en silence

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s