Nuit sublunaire

Je suis née dans l’Espagne musulmane
Poète à mes heures perdues
J’ai percé la nuit de brouillard d’un trait de plume
A Afshanah, géométrie de jasmin
Mes mots habitent le désert de l’âme
Temps inviolables, cantique de anges,
L’éther recouvre nos sourires immobiles
Cités désagrégées, les parterres sont fleuris
Au chevet du sultan, j’ai saisi l’ombre d’un ange
Son corps est tombé en poussière
Et a glissé entre mes doigts amoureux
Tyrannie blanche, rameaux de l’Histoire,
Ton regard ravive ces vers, et le soleil danse,
La lumière a brûlé ma conscience au fer blanc,
Je suis un kâfir, ignoré des Dieux immenses
Et le charbon de mon coeur malheureux
Enflamme la nuit sublunaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s