Fleurs polluées

Poésies à la mémoire d’un truand
Châteaux de cendre — héros glacés
Diaspora de mots : les syllabes ont du plomb dans l’aile
Hôtels catapultés sur la joue de la nuit

Autoroutes hantés par la vitesse, fusées,
Ombres sans passé, démons répudiés par l’enfer
Oiseaux anonymes perçant le voile du temps
Les villes désincarnées se drapent comme des fantômes

Entre les tours d’immeuble solitaires?
Le base ball se gagne en sueur, sous la pluie,
40° d’enthouasiasme contagieux,
Une traversée du désert sans le sable,

Solitudes aéroportuaires,
Dalles accablées de chaleur,
Fleurs polluées, fanées, crevées,
Et les arbres oxydent le béton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s