Nuit portuaire

Au nord-est de Sendai
Le tsunami a raflé les ailes de l’espérance
Un pont relie les vagues de plomb
Shiogama, ville portuaire
Une fillette allume des torches
De part et d’autre de la nuit blanche
Pour tromper les bâteaux militaires
Elle danse, et danse sur la plage nocturne
Le sanctuaire abrite le coeur d’un cygne
Le jardin prend ombrage
Les arbres ploient,
Nos pas s’allongent au rythme des saisons
Voyageur, mes lèvres sont sèches,
Le cri d’un goéland frappe mon âme
Les cerisiers ont pleuré des larmes de plomb

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s