Le capitaine (Voyageur série)

Voyageur, la poésie s’attarde sur mes paupières
L’océan est blafard, ses ombres me saluent
Des éclats de rire s’envolent, l’écume nous escorte
J’ai attendu cent jours que ta voix me parvienne,
L’horizon subissait les assauts du matin
Ma blessure ses rouverte, j’ai revu le soleil
Aujourd’hui je joue au whist avec l’aurore,
Voyageur notre barque fend la cape liquide de géants
Je suis un marin assoiffé, un capitaine chimérique,
L’amour est ma terre promise, l’honneur mon gouvernement
Peu m’importe de sombrer tant que les violons dansent,
Ton sourire éblouit la paroi noire de mon âme,
Voyageur, je ne peux pas oublier ton visage,
Ni le goût de l’eau salée dans ces villes de béton
La glace s’ouvre devant la proue, mon coeur s’enfonce dans l’océan
Et les algues l’enferment dans un écrin d’iode et d’oubli

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s