Luxembourg Chaos (Luxembourgeois / Français)

  1. Paris – Grand-Duché de Luxembourg
    Taux de croissance 3,5%
    J’ai mis ma robe la plus échancrée
    Mon läif (corps) est en feu
    Je bois du Riesling dans une suite cristal du Grand Hôtel
    Le lustre rouillé évente mes mèches folles
    La vie est une Klengegkeet (bagatelle), un chandelier parti en fumée.
  2. Son Altesse Royale le Grand-Duc Henri
    A craché sur un chien errant près d’une bijouterie
    Sa tabatière prend la pluie
    J’ai saccagé une première banque
    J’ai jeté les liasses de billet sur la Place d’arme
    On dirait une averse de schnéi (neige) verte
    Pendant qu’on chantait Ons Heemecht (hymne du Luxembourg)
    Les piétons affolés se battent pour les rattraper
    Un manager gémit en Lëtzebuergsch (luxembourgeois)
  3. Voyageur je t’aime comme un fou, comme un criminel en fuite
    Le Fort Thungen nous fait les gros yeux cette nuets (nuit)
    Le vaisseau de verre du musée d’art moderne s’est décroché de son socle
    Il va nous emmener dans l’œil du soleil
    Nous protéger de la saleté de ce monde
  4. Voyageur, tu étais mon repère dans ce pays
    Je vais commettre le sënn (péché) de luxure
    Prends ma main allons hanter la Philarmonie
    Allons boire au Crystal club
    Joffer (mademoiselle), voulez-vous enlacer ce Voyageur ?
    La Musek (musique) me taillade les tympans
    Il y a un Spiegel (miroir) au fond de la boîte
    Mes larmes Voyageurs, sont imperceptibles
    Arrachons leurs sacs aux filles en Gucci Poiray et Vuitton
    Etalons la cendre de nos morales mondaines
    Et la pluie tombe sur les macarons de Goedert
  5. Dévalons le sentier de la corniche
    Prends ma main mon ange, viens,
    je t’emmène manger un framboisier au chocolat
    Le luxe me donne la nausée
    Voyageur lâche ma main
    Ce monde m’est insupportable
    Je vais mettre le feu au rires aigus des passants
  6. Le château d’Urspelt épie les moineaux
    Je me suis faufilée entre les serveuses en blanc
    Les étoiles lavent la nuit de tout soupçon
    Le viaduc Charlotte de Kirchberg s’allume
    La lune souffle sa lumière sur les Ardennes
    Entends-tu le mouvement imperceptible des heures ?
  7. L’Empfanksbuffet (le buffet de réception) clignote de mille feux
    Mes yeux sont humides, j’ai mangé la lie des conversations mondaines
    Je n’arrive pas à oublier ton sourire, Voyageur
    Je suis un Entreprenner (entrepreneur) du crime, fou de ton Gesiicht (visage)
    Viens spiller (jouer) avec moi, à l’amour, partons d’ici embrasse-moi
    Faisons l’amour sur le Kiesel (gravier) éploré ou dans ce Wisen (pré) oublié
    Les Meedercher (filles) nous suivent allons faire des Dommheeten (bêtises)
  8. La vie est une Klengegkeet (bagatelle), un chandelier parti en fumée
    Je meurs pour un Bees (baiser), la nuit est un Erliefnes (événement) ici
    Quelle est la température de ton corps, dans cette tempête criminelle ?
    Prends ces fruits séchés et ce lance-flamme. Allons mettre le feu aux villas
    Je ne vais pas te mentir je ne fais que passer dans cette vie
    Et mon amour pour toi était un accident. Il m’a fait finir dans le fossé
    Je suis un Bierger (citoyen) de la révolte, mon sourire est une Giewel (façade)
    Et ma Fieder (plume) est la seule qui arrive à s’imprégner de l’encre de mon cœur
  9. Vois ! Une Kirche (église) brûle déjà, Voyageur ! J’ai mis le feu à la ville de Luxembourg !
    Les cabinets d’avocats, les banques et les devantures des magasins se consument comme des amantes éplorées
    Le feu crépite lentement dans la prunelle de mes yeux morts-vivants
    Je ne vais pas te léien (mentir) je t’aime toujours mais je dois accomplir mes crimes
    Il y a du Blutt (sang) sur mes mains, les braises s’envolent jusqu’aux lampes des réverbères
    Des enfants crient, un gros bonhomme a les mains sur sa casquette.
    Qui a mis un Diks (disque) ? Je ne veux pas de musique ! Je veux voir la ville brûler !
    J’ai perdu l’amour du seul homme que j’aimais. Je veux voir la ville partir en fumée !
  10. Le lendemain, des étendues de Wichs (cirages), les braises sont devenues de la cire noire
    Je me suis fait une Kroun (couronne) avec des perles ramassées dans le caniveau
    Des lambeaux de billets s’accrochent aux branches des arbres. On entend les sirènes des pompiers.
    La vie est une Klengegkeet (bagatelle), un chandelier parti en fumée.
    Je meurs d’amour pour un Voyageur, qui s’endort loin de mon crime
    Viens spiller (jouer) avec moi, partons d’ici embrasse-moi
    Voyageur ma peine n’est pas étanche et tu m’as brisé le cœur
    Je bois du Riesling dans une suite cristal.
    Je l’attends au septième étage du château d’Urspelt.
    Veux-tu une Pijen (pêche), j’en ai volé pour toi au milieu du chaos.
    Mes yeux sont humides, j’ai essuyé mes yeux à la poussière de la morale,
    Je n’arrive pas à oublier ton sourire, Voyageur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s