Le fantôme de l’officier

Voyageur attends-moi sur le pont
Je dois plonger dans l’eau gelée
De la rivière de ce jardin d’Eden

L’officier m’a tendu une rose
J’ai trempé les pétales dans l’alcool
Pour obtenir un flamboiement d’encre
Les murs de la ville étaient nus
Je les ai recouvert de nos noms

Ma robe se prenait dans les ronces
Sous le soleil paresseux de l’été

Tu vois le fantôme d’un officier
Il aimait une femme sur terre

Le soir, quand le ciel est clair
Il vient noyer ses regrets
Dans les flots impatients et gelés
D’une rivière

Il aimait une femme de chair
Elle s’est noyée dans la rivière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s