Mascara

Un martèlement de cils gauches
Une mascarade de confort
La caméra n’est pas étanche
Il y a du Rimmel dans le viseur

Jus de sureau teinté de grâce
Cire de palmier, feu de poitrine
Du soleil sur les copeaux bruns
Et dans l’usine deux cents machines

Avec le cœur en vaseline
Deux CEOs, visages glacés
Lacérés d’ambition féminine
Mettent la gomme arabique

Kératine mêlée de crème
Recourbant les polymères
Et sur le capot d’une Sunbeam
Le reflet de deux paupières

Candelila, son de riz noir
Paraffine acidulée
Minéralité de l’aurore
D’un réveil pigmenté

Bleu outremer le matin,
La nuit s’oxyde de fer
Sous l’effet des larmes, brun,
Ou expiré sur la chair

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s