A Auson

Nouvelle-Aquitaine, un ciel de crystal
Le vert tendre des amaranthes
Un poète amateur d’histoires grecques
Epouse la fille du consul

Et dans un domaine près de Bordeaux
Leur tombes fleurdélysées
Recueillent les pommes de pins tombées
Les cendres du temps s’invitent ici

Et le vent souffle sur le manoir
A Auson près de l’Atlantique
Les pétales du destin
Ont inscrit vos noms dans le granit

Amants d’un jour, 1700 ans ont effacé
Vos sourires pendant le banquet
Et le regard discret du poète
Vers une demoiselle, en secret

Rhéteur, une jeune esclave alamane
Te servait d’encrier à la nuit tombée
Elle copiait tes manuscrits
Et tu lui lisais l’Histoire

1700 ans se sont écoulés
Depuis qu’Auson a pris la plume
Pour transcrire vos jours échevelés
Vos tombes noircissent la terre d’Aquitaine

Et le vent souffle sur le manoir
A Auson près de l’Atlantique
Un vignoble a pris le goût de terre
De vos romances fleurdelysées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s