Les thermes de Cluny

Mon ombre empoigne la vue
D’un soleil ruineux et ivre
C’est l’hiver dans cette rue
Près du jardin, sous le givre 

Hier, les idylles profitaient
De la complicité des souterrains
Des incendies que le soleil toisait,
Il reste une pancarte criblée de mains

La craie sombre de la pluie
A effacé tous les cris format A4
Et coincé un graffeur venu ici
Sanctifier l’onde de plâtre

Les tâches du temps pour arbitres
De son appel à la révolte
Un surhomme crie sur toutes les vitres
Sa férocité désinvolte

Les vitres s’irisent lentement,
Les néons brûlent d’inconscience
La rue trépigne sous les auvents
Les fruits pourrissent dans les bacs à glace

Et la mélasse du temps
Gicle en traces bâtardes
Sur les corps repoussants
De nos églises corbillardes

Le nylon des rues silencieuses,
Etrangle le collier de lumière,
De Paris, infidèle et pluvieuse, 
Le ville étouffe mais reste fière

Echarpes en toc et tours dorées 
Urbanité vomie sur le trottoir,
Une vendeuse au visage gonflé,
Surchargée par le désespoir

Face à elle Cluny tintinnabule
Sous les gouttes, un camé avoisinne
Un jardinet que la misère accule
Et son gobelet mouillé cartonne

Tous les pigeons sont-ils morts ?
Aucune bombe n’est tombée,
Ma chanson est une amphore
A l’avenir de la retrouver

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s