Jeunesse bulgare

Deux moines bulgares comptent les heures
La dictature de la mafia
Se lit sur les murs délavés
C’est une Bulgarie vieillissante
Un univers à contre-courant,
Une jeunesse échevelée
Les doigts d’airain du soleil
Et les villes se vident
Comme une bouteille de gin à la main d’un assoiffé
Les doigts nucléaires du soleil
Se mélangent à la pluie et aux roches
Et les églises sanglotent
Temps suspendu, campagne liquide,
Le trésor de Spartacus
A été fondu dans le ciel hivernal
Un mini-van capture nos silences
Voyageur, près du poste des télécom
Je t’attends au rétro-musée de Varna
Allons admirer le ciel rouge
La salle de congrès de Bouzloudza
Montagne de fer sur les collines
Utopie communiste en ruines
Temps suspendu, fictions liquidées
Ecoute, la 7ème symphonie,
Les mosaïques des chefs d’Etat
Tremblent, et les verroteries sanglotent
Sur un alphabet cyrillique décousu
Désillusion d’un architecte
Des fleurs de fer sur les collines
Utopie communiste en ruine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s