A l’aéroport / Meeting at the airport (Taha Muhammad Ali)

Tu m’as demandé, un jour,
Sur le chemin du retour,
Pendant notre trajet depuis le matin
Jusqu’à la chaleur du printemps :
« Que hais-tu ?
Qui aimes tu ? »

Ma réponse a émané
De l’envers de mes cils surpris
Mon sang a pulsé
Comme une ombre
Projetée par une nuée d’hirondelles :
« Je hais les départs
Et ce trajets vers le printemps
Je vénère les heures tièdes
Du matin
Tu as ri
Et les amandiers ont fleuri
Les bouquets de fleurs se sont empli du cri joyeux des rossignols

. . . Cette question
Date d’il y a quarante ans :
Je salue la réponse
Elle est aussi vieille que ton départ ;
Je salue la réponse à ma question . . .

Et j’ai répondu —
Mon sang
A traversé le hall de l’aéroport
Et s’est frénétiquement retrouvé à nouveau en moi
Comme l’ombre
Projetée par une nuée d’hirondelles :
« Je déteste les départs
Et j’aime le printemps
Et le chemin qui nous y mènera.
Je vénère les heures tièdes du matin. »

Mais aujourd’hui
C’est ridicule !
Nous voilà dans cet aéroport accueillant
Par le hasard le plus pur,
Pour nous rencontrer,
Et te voilà qui demande encore
C’est absolument ridicule,
Je t’ai reconnu
Mais tu n’as pas pu me voir
« Est-ce que c’est toi ?! »
Tu n’as pas voulu me croire
Et soudain tu as explosé
Et tu m’as demandé
« Qu’est-ce que tu hais
Et qui aimes-tu ?

Et tu as pleuré,
Les fleurs ont courbé la tête,
Et les colombes ont trébuché sur la soie de leur tristesse


MEETING AT THE AIRPORT — Taha Muhammad Ali

You asked me once,
on our way back
from the midmorning
trip to the spring:
« What do you hate,
and who do you love? »
And I answered,
from behind the eyelashes
of my surprise,
my blood rushing
like the shadow
cast by a cloud of starlings:
« I hate departure . . .
I love the spring
and the path to the spring,
and I worship the middle
hours of morning. »
And you laughed . . .
and the almond tree blossomed
and the thicket grew loud with nightingales.

. . . A question
now four decades old:
I salute that question’s answer;
and an answer
as old as your departure;
I salute that answer’s question . . .

And today,
it’s preposterous,
here we are at a friendly airport
by the slimmest of chances,
and we meet.
Ah, Lord!
we meet.
And here you are
asking—again,
it’s absolutely preposterous—
I recognized you
but you didn’t recognize me.
« Is it you?! »
But you wouldn’t believe it.
And suddenly
you burst out and asked:
« If you’re really you,
What do you hate
and who do you love?! »

And I answered—
my blood
fleeing the hall,
rushing in me
like the shadow
cast by a cloud of starlings:
« I hate departure,
and I love the spring,
and the path to the spring,
and I worship the middle
hours of morning. »

And you wept,
and flowers bowed their heads,
and doves in the silk of their sorrow stumbled.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s