La heps (Argots parisien / Parisian slangs)

Debout, une rose éclose dans son micro
Les yakas éventrés d’une clarté d’opale
Sa bouille d’ange masque le rire huilé des lunes
Sa trombine regarde la pluie siffler sur les pavés

La ville est sa heps, engloutie broyée de noir
Et sa minch danse en robe blanche dans le brouillard
Une garettci éclaire le dos prostré d’un réverbère
Les poètes ont eu l’ahchouma en voyant ces jeunes gens

Que le sable qui coule dans ces égouts n’oublie pas
D’emporter leur blase à téco de leurs voix sombres
Nuit gagedé !
Laisse le matin nous offrir une tasse de café

*** Traduction***
Débout, une rose éclose dans son micro (bouche)
Les yakas (yeux) éventrés d’une clarté d’opale
Sa bouille d’ange masque le rire huilé des lunes
Sa trombine (visage) regarde la pluie siffler sur les pavés

La ville est sa heps (prison), engloutie broyée de noir
Et sa minch (petite amie) danse en robe blanche dans le brouillard
Une garettci (cigarette) éclaire le dos prostré d’un réverbère
Les poètes ont eu l’ahchouma (la honte) en voyant ces jeunes gens

Que le sable qui coule dans ces égouts n’oublie pas
D’emporter leur blase (nom) à téco (à côté) de leurs voix sombres
Nuit gagedé ! (Dégage !)
Laisse le matin nous offrir une tasse de café

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s