Code talkers

Dans les pensionnats arides
De l’Arizona et du Colorado
On a tenté d’éponger
Une tâche d’huile éparse

64 000 kilomètres de vide
La réserve navajo
Ecritures sur les calendriers
Encoches taillées d’une main lasse,

Ont disparues désormais…
Aujourd’hui dans cette fournaise
Puits de pétroles, hamburgers-frites
Coca-Cola à la main ;

Éteintes les syllabes qu’on aimait
Malgré Rough Rocks, ne vous en déplaise
Navajo – tes verbes sont les pépites
De l’immensité du ciel brun

Saad – un mot – jeté entre deux angliscismes
Un concours de Miss tribales
L’une prépare des fry breads
L’autre un chignon traditionnel

La gagnante conte une histoire d’hommes
Par un matin infernal
En décembre mois criminel
Pearl Harbor caused thousands deads

Les linguistes, là où naît le soleil
Déchiffraient les paroles étasuniennes
Un fils de missionnaire porté sur la bouteille
Enseignant la langue à ses catéchumènes
Fit le pari du navajo,
Enveloppa l’idiome d’un bandeau

Son programme sybillin ?
Expérimental,
Trente amérindiens
Pointèrent dans le même local
Pour faire surgir de leur vocable
Une langue indevinable


Vois-tu s’approcher le né aho jah
L’avion espion –
(hibou)

Il guette nos plongeurs bash lo –
Un sous-marin
(poisson de fer)


Pour chaque mot navajo
Un autre prenait le relais
You got a grenade out of a potatoe
L’Inde était Ah le gai – des vêtement blancs.
You could see a military vessel emerge from a whale
Dans la jungle de Guadalcanal


Sur le théâtre du Pacifique
La mort pour unique délai
Désertés par la panique
Pris pour des soldats japonais

400 code talkers did serve
A leur retour dans la réserve,
Il faudra plus d’un rite guérisseur
Pour exorciser la guerre


*extrait réarrangé de l’hymne des Marines, traduit par Jimmy King, instructeur navajo

Puissions-nous vivre en paix
Hozo-go-nay-yeltay-to
Nous avons conquis nos ennemis
Nin h hokeh bi-kheh a-na-ih-la

Nous nous sommes battus partout
Day-ne tal-al-tso go enta-she-jah
Où nous avions un fusil
Tal-tso-go-entas se-pah

Notre drapeau flotte au vent
Ni-he da- na -ah-taj ihla
De l’aube au crépuscule
Yel khol-go e-e-ah

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s