Le logiciel des heures

Si j’avais un jet privé,
Je pourrais enrayer
Le logiciel des heures,
Qui tourne accusateur.

Si j’avais un avion militaire,
Un Rafale en bandoulière,
Je ferais que tu m’attendes
N’importe où dans le monde.

Si j’étais aux commandes
D’un Golfstream en ballade,
Je plongerais exsangue
Au beau milieu des vagues,

Là où le doute tangue ;
Sa coque comme une dague,
Entre les reins creusés
De la mer abîmée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s