Stockbrocker

Par une nuit impitoyable,

Un train bizarre s’est renversé

Sur le bas-côté de mon corps

J’ai aperçu sur un nuage en feu

Un ami éclaboussé de lumière bleue

Qui me disait de m’en aller

Sur le chemin du retour

J’ai croisé un contrebandier

Les mains serrées autour du cou

D’un sac de l’aéropostale

Je ne suis qu’un stockbrocker

Une lumière saupoudrée de rage,

Réchauffe mes jours sans horloges

Corseté par les mouvements de la foule,

Projeté contre mes semblables

J’ai alpagué dans un tourbillon d’âmes

Une petite ville défraîchie

Ton taudis de Little Girl Bay

A l’ombre des fumées rouges

L’hiver s’était aplatit comme

Un chien qui joue aux osselets

Sur les bords du Lac Supérieur

Nos rires bruyants s’envolaient

Et les oiseaux s’effilochaient

En angoisses de chiffon plié

Fini de décharger les wagons vides

Les diapositives violettes

Je suis resté à la nuit battante

Hésitant devant la fenêtre

Une lumière verte traverse ma vitre

Au loin l’océan s’est levé,

Il a enseveli mon visage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s