Les piscines d’Almeria

La matinée s’éveille en tasses rose et or
Dans un demi-sommeil à l’haleine chaude

Au bord de la piscine,
L’eau de javel
Baigne le turquoise
D’un rectangle intemporel
Que le ciel écrase

Il faut que tu touches le fond
De la piscine,
Viens déposer
Une goutte d’adrénaline
Plonger ta souffrance
Dans l’eau au parfum blanc,
Divisée par nos corps,
Lentement

Aujourd’hui le soleil tarde
A réchauffer le ciel
Le flegme se déchiffre
Dans le sillage de ta brasse.
Déversons dans le baquet d’eau pâle
Nos rêves sans tain
Buvons sans se soucier de l’Eternel
A la coupe de ce bassin,

Oublions pour un instant et l’or et le chemin,
En noyant nos songes dans cette sculpture liquide,
En serrant chaque goutte contre nos poitrines tièdes ;
Immergeons nos desseins dans les langues d’eau fade.

Jamais danse n’a été plus humide
Que le manège de nos corps
Entre les doigts des eaux inodores
Des piscines à ciel ouvert
D’Almeria

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s